AFFAIRE CHARLOTTE/DRAGUIGNAN

« DEMAGOGIE PURE » des ministres concernés, selon Monsieur Dominique BARELLA, de l’U.S.M (Union Syndicale de la Magistrature) ou « IRRESPONSABILITE », selon Alain BENSIMON,

vice-président de SOS PAPA ? 

Monsieur Dominique BARRELLA, le président de l'Union syndicale des magistrats déclare dans le Journal du Dimanche du 3 octobre 2004: Extrait

« ….Mais il aurait fallut que les ministres concernés, tous au courant de cette initiative, aient eu le courage de demander la simple application d'une décision de justice au lieu de faire de la démagogie pure » 

J'ai déclaré à RTL, le 25 Septembre 2004, (questions de familles), que la prise de position de Monsieur RAFFARIN était "irresponsable" de s'être pris violemment à des fonctionnaires de justice et de police, qui ont pour mission de faire exécuter les décisions de justice et faire appliquer la Loi. La prise de position de Monsieur RAFFARIN est bien sur, de la "démagogie pure", comme le fait remarquer justement le président de l’USM,  mais aussi grave de conséquences pour les pères qui auront encore plus de difficultés pour obtenir des Parquets, et de la Police, une assistance pour l'exécution de leurs jugement pour pouvoir exercer leurs droits de visite et d’hébergement, minimes qui leurs sont accordés. Elle va clairement conforter la position actuelle des magistrats du Parquet, dans leur pratique actuelle de classement sans suite des plaintes pour non représentation d'enfants, ou pour toutes les violations de l'autorité parentale, dite "conjointe"... 

Pour moi, il est malvenu que le Premier Ministre de la France, garant du bon fonctionnement des institutions, se croit autoriser de critiquer ouvertement l'application de la loi, même en « apparence » maladroite!

Cette prise de position POLITIQUE, qui est de la « démagogie pure », comme le relève le président de l’USM, est donc pour moi aussi une déclaration d'hostilité claire à la PATERNITE, et à la place d'ÉGALITÉ que les pères revendiquent!  Indépendamment de l’évolution de cette affaire, des choix personnelles que feront les deux parents de Charlotte, cette jurisprudence est aussi dangereuse, car elle va inciter de nombreuses mères, à reproduire ces pratiques d’enlèvements, en France, se croyant à l’abri de toutes poursuites judiciaires, grâce à une certaine « immunité maternelle », bien plus sûr dans notre pays, que l’immunité parlementaire…pour certain. Elle va certainement bloquer aussi, les démarches du Ministère de la Justice, pour obtenir le rapatriement d’enfants enlevés à l’étranger, par l’un des deux parents, père ou mère, et bien sur aux Etats Unis ! (dix sept dossiers).