LA FIN DU MYTHE DU PÈRE VIOLENT

Comme vous l'avez remarqué, en matière de justice familiale, de médias, de structure "sociale", le père est systématiquement présenté comme un irréductible violent, et la mère comme une éternelle victime.( Faits d'ailleurs brillamment et courageusement dénoncés par Élisabeth Badinter dans son livre "Fausse Route" )

Bien entendu, nous savons bien que ce cliché est faux mais malheureusement notre "justice" familiale s'appuie sur cette "croyance" qu'elle a elle même fabriquée pour justifier cette réalisée monstrueuse :

En effet, cette "justice" familiale s'appuie sur l'imprécision des textes civiles qui disent simplement : "le juge doit statuer suivant l'intérêt de l'enfant".

Les juges font donc jouer ce qu'ils pensent être "une mesure de précaution" : couper tout lien entre le père ( potentiellement violent et violeur" et l'enfant. Pour comprendre ce comportement particulièrement déviant de cette "justice" il faut savoir que dans leur esprit, le père ne compte pas pour l'enfant et le père ne s'intéresse pas à ces enfants.

Pour illustrer ce fait rappelons les propos véridiques d'une assistance sociale du Calvados, dans le cadre d'une "IOE" ( Investigation Orientation Éducative ) déclenchée par un Juge des enfants dans le cadre d'une procédure de divorce particulièrement conflictuelle dans laquelle trois enfants sont otages. Pendant un rendez-vous officiel avec le père désespéré de n'avoir pas vu ses enfants depuis 3 ans cette enquêtrice"sociale" lui dit " ... et alors, de toute façon, vous n'êtes que le père ...". Un quart d'heure plus tard, cette même ignoble personne dira à ce même père qui s'inquiétait du comportement totalement déviant de la mère de ses enfants qui détruisait systématiquement son image auprès des enfants : " .... mais Monsieur, vous ne vous rendez pas compte, il est impossible de séparer une mère de ses enfants ! ! ...."

Donc, qu'en est il de cette prétendue violence ?

Et bien interrogeons donc les gens qui gère le numéro de téléphone "119" qui comme vous le savez est le numéro "Allo enfance en danger" que toute personne ( enfant compris ) doit utiliser pour dénoncer des cas d'enfant en danger. Les gens qui gère ce numéro "119" appartienne à un organisme " La SNATEM"

Pour simplifier les choses, la SNATEM a la très bonne idée, comme tout organisme officiel et sérieux, de publier sur son site un rapport annuel.

Lien vers le rapport 2002 ( 5 Mo au format PDF )
Lien vers le rapport 2001 ( 3,8 Mo au format PDF )
Lien vers une version simplifié du rapport 2002 ( 886 Ko )

Que dit ce rapport 2002 de la SNATEM "Allo Enfance Maltraitée" ? :

  • page 38
    Qualité de l’auteur des mauvais traitements
    La mère est principalement désigné comme auteur de mauvais traitements physiques et psychologiques.
    Le père occupe le 2nd rang avec 35,7% pour les mauvais traitements physiques et 33,3% pour les violences psychologiques.
  • page 69
    Dans le cadre des transmissions, les parents sont à 76,2% auteurs de mauvais traitements sur leurs enfants.
    La mère est désignée comme l'auteur principal des mauvais traitements (48,8%).
    Elle se place loin devant le père, qui reste quant à. lui en deuxième position (27,4%).
    Le beau-père est mis en cause . hauteur de 6,3 %.
    L'entourage occupe le 3e rang avec 3,5 %. On peut noter que ce chiffre est constant depuis 2001 (3,4 %).
    Au regard des professionnels, le personnel scolaire (1,3%) et la famille d'accueil (1,2%)figurent au premier rang des professionnels auteurs de mauvais traitements.

Nous ne saurions donc que vous recommander de lire ce rapport complet : il recadre bien la réalité de la situation.